N°260906

by De La Hoz

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

    Name your own price.

      name your price

     

1.
03:23
2.
04:06
3.
02:35
4.
5.
03:19
6.
7.
04:01

about

First Album n°260906

Produced and recorded by P.Prod and ThomD
Mixed by P.Prod
Masterised by Telos Recordings
Lyrics by De La Hoz
All Instrumentals by ThomD
Artwork By Cyril Faucher

Musiciens additionnels :
LAGO / Vous Comprendrez
SIVEL / L'Autre
Mx / Seul

credits

released October 1, 2014

ThomD
www.facebook.com/ThomDProd

P.Prod
www.facebook.com/The.P.Production

tags

license

all rights reserved

about

De La Hoz Nancy, France

CONCEPTION

contact / help

Contact De La Hoz

Streaming and
Download help

Track Name: Je suis
Bonjour je me présente, moi c'est patient de la hoz.
Je sors du nul part et ce que je fait ça ressemble a rien.
C'est l'hôpital et ses cachetons qui m'ont totalement dereglé.
Je passe de la vie a la mort, comme l'humeur d'un nevrotic.
J'ai jamais su faire comme tout le monde, alors je me forge en psychiatrie.
Je suis un petit garçon malade qui a perdu toute notion de vie
Je traine entre la mort et les abysses, je n'ai pas eu beaucoup d'autre amis
Enfaite je crois que tout seul, je m'amuse bien aussi.
Tu sais, on dit de moi que je vais pas bien.
J'ai lu ça dans les journaux, rempli de conneries, faut croire personnes
En vrai je peux te le dire, c'est simplement que je suis pas tout seul.
Je suis partagé entre la vengeance et le dégout de tout ses hommes.
J'aurai du mourir a la naissance, éviter tout ses problèmes de circonstance
La haine me tiens debout, voila pourquoi je suis encore la.
Je n'ai pas fini de tout dire, ce n'est que le premier repas.

Aufaite, a l'heure ou je vais écris je connais déjà la fin, mais promis je ne dirais rien
J'en ai marre de courir, j'en ai marre de fuir, j'en ai marre d'etre un fantôme, une putain de bete de foire.
Je suis tout ce que vous vous n'aimez pas
Alors vous me classer avec des termes que je comprend pas
et je m'enferme sans raison selon vous, mais etes vous sure que c'est moi qu'il faut qualifier de fou ?
Quand je regarde autour de moi j'ai la vision d'un monde en feu.
Mais n’est-ce pas malheureux ?
Il parait que je suis dangereux. Simplement juste anxieux.
J'ai ouvert les yeux trop tôt j'en ai vomie ce qu'il y a de plus beau
Aujourd'hui j'ai fait la promesse de tout dire.
Tout mes écrits reviennent de loin, tu comprendra ce qui m'a fait mal.
tout ceci et un journal fabriqué en hôpital.
Considères ceci comme une dernière retrouvailles

Il est déjà tard, va falloir que j'arrête d'écrire
Je ne veux pas attirer foule, je ne veux pas que l'on me repère.
Seul dans la nuit, c'est la lune qui m'éclaire
Seul dans ma chambre, bienvenue dans ce désert
Il ne reste que les mures.. mais comment faire pour m'en defaire ?
C'est ici pour moi que tout a commencé, c'est ici que moi je terminerais
J'entend les médecins se rapprocher. Ils sont pas loin
Il faut que je prenne la fuite car j'ai encore a faire du chemin.
Alors pardonnez moi, mais je pense arrêter la.
Je ne veux pas retourner la bas...
Track Name: Devenu
Ces images me restent en tête, traumatisme de jeunesse.
Un souvenir inoubliable, devenu fracture irréparable.
En famille on passe à table, moment détente tous ensemble.
Mais je vois bien que cette fois c'est différent.
Les parents ne parlent pas et laissent place aux enfants.
Mais dites moi ce qu'il se passe ? Quel étrange sentiment…
Les parents se serrent la main et se mettent à pleurer.
Pour la première fois j'ai haï entendre parler.
Mon père annonce en pleurs, que c'est la fin des beaux jours.
Je n'ai rien compris le sur le moment, aujourd'hui je vois toujours flou.
Tout le monde à table s'est mis à pleurer, et moi seul dans mon coin mais que s'est-il passé ?
Le silence m'a envahi, impossible de pouvoir parler.
Les mots ne sortent pas, j'ai la gorge nouée.
Spectateur de mon désespoir, je ne fais que regarder.
Aujourd’hui je sais, c'est ce jour la qui ma brisé.

La faille de ma vie. Je vous présente ma famille. Je suis nostalgique de cette époque où le bonheur était permis

C'est depuis ce jour là que j'ai écrit mes 1ers textes.
Des pages froissées qui retracent toute ma vie.
J'avais besoin de parler mais personne à qui me confier.
Alors je me suis replié sur moi même et j'ai gratté.
Aujourd'hui je vomis ce souvenir mal digéré, c'est la faille de ma vie, ma plus grosse cicatrice.
Car je ne crois plus en rien.. L'amour est un théâtre.
Pardonnez moi mesdames mais je m'arrête à l'acte 1.
Je reste seul chez moi à écrire des phrases qui ne veulent rien dire.
Mélancolique, dépressif, écrit à l'encre de souvenirs.
Et ce n'est que le début de ma descente aux enfers.
C'est depuis ce jour là que je n'ai plus touché terre.
J'ai sombré dans la folie et détesté la terre entière.
En fait y'a plus rien à savoir.
Je sombre dans l'isolement.
Cette blessure immature est le reflet de mes parents.
Tu le sais à présent. Je suis mort j'étais enfant.

La faille de ma vie. Je vous présente ma famille. Je suis nostalgique de cette époque où le bonheur était permis

Je cache cette haine depuis bien trop longtemps.
J’ai voilé mes sentiments et parfois j'ai fait semblant.
Car un homme n'est pas faible je ne pleure pas vu du ciel.
Car un homme n'est pas faible je n’esquive pas le problème.
Je suis cet enfant qui a perdu l'innocence, un homme qui en l'amour a perdu toute confiance.
Pardonnez moi mesdames si je fuis vos avances.
Mais j'ai vraiment trop peur de la sentence.
Track Name: L'Autre
Elle est jeune et confiante, et rescapée de la descente en enfer.
Elle a encore les pieds sur terre.
Elle qui ne croyait plus en rien car ses rêves étaient poussière.
Aujourd'hui elle a le sourire au bout des lèvres.
Elle peut se venter d'avoir trouvé l'homme de ses rêves.
Auprès de ses copines qui ont déjà eu la fève.
Mais toi comme un connard, tu fuis quand viens le soir.
Esquive ses appels ses messages et ses "je t’aime »
Des étoiles dans les yeux de ta compagne qui t'aime, tu t'en fous car souffrir est la seul chose que tu aimes.
Tu trompes alors ta meuf et tu pars pour tricher.
Pour au final comprendre, tu préfère la quitter.

Je ne veux pas te faire la morale, mais tu risques d'avoir mal.

T'as alors quitté la femme qui aurait pu te sauver.
Là où tu ne fais qu'échouer.
Mais toi t'a préféré pouvoir continuer de baiser avec toutes ses lopsa que tu paie en megra.
Tu regrettes alors et remet le nez dehors.
A la quête sérieuse, d'un nouveau bonheur.
Cette nouvelle fille te sourit. Elle elle fini dans ton lit et toi tu crois que c'est pour la vie.
Mais plus les jours passent et elle se rend compte que t'es malade.
Votre histoire pour elle ne peux pas être fusionnelle.
Alors tu viens de comprendre que ce n'est que le début de la fin.
Que dès la première heure, t'avais fait une erreur.
Car tout comme toi avant, elle n'a aucune attache, elle ne vit que pour elle et se fout de faire du mal.
A l'inverse des rôles c'est toi qu'on voit pleurer. Tu te mets à comprendre ce que les autres ont enduré.
Le revers de la médaille t'a alors appris, que certaines choses font beaucoup trop mal.
Aujourd'hui tu ris parce que demain tu pleures. Aujourd'hui tu vis parce que demain tu meurs

Je voulais pas te faire la morale, mais moi je serai toujours là.
Track Name: A Force d'Être
Et si j'avais pris le temps d'écouter ce que tu disais.
J'aurais fait en sorte que ton avenir sois différent.
Que ton appel à l'aide soit entendu.
Et que quelqu'un de serein puisse venir te tendre la main.
Enfermé sur toi-même, submergé par les problèmes.
Personne comprend car tes messages sont ambigüe.
Et un soir de décembre, c'est d'une putain de corde que tu t'es pendu.
Un ami en moins ça aide pas trop à prendre du recul, alors comprends que dans la haine j'ai mes coutumes.
Tu cris mais t'étouffes, écris mais titube, seul, dans l'espoir d'un SOS.
Iinconscient, tu oublies que la perte d'un ami c'est une horrible tragédie que jamais je voulais vivre.
Simplement dans la détresse tu n'en fais qu'à ta tête.
Oublie toute promesse il n'est plus le temps de la fête.

L'histoire d'un fantôme, l'histoire d'un pote à la détresse, l'histoire d'un fantôme, pars pas il est trop tôt

On renoue le contact qui à une époque fût fusionnel.
Avec toi mon pote on pouvait redessiner le ciel.
C'était nous deux contre le monde et ça quoi qu'il advienne.
On devait danser sur nos tombes, aujourd'hui je pleure sur la tienne..
Et si les époques changent, pas les rêves en revanche, je t'oublie pas, tu me manques, reviens la, j'attends.
Si c'était possible moi je te donnerais une deuxième chance, car il n'y a rien de pire que de voir un ami partir.
J'aurais fait en sorte de te parler une dernière fois..
J'aurais pu te sauver... Chose qui n'arrivera pas.
Tu me lâche, m'abandonne, mais promis c'est sans rancune.
A vrai dire t'es bien mieux a te noyer dans les cieux.
Je t'imagine sur ton nuage, coincé entre deux rivages.
Celui d'un monde parfait et d'un monde que t'a quitté.
Je te le demande sincèrement, y'a t-il un nouveau remède contre la détresse et la peine qu'elle engendre ?
j'ai la haine.

L'histoire d'un fantôme, l'histoire d'un pote à la détresse, l'histoire d'un fantôme, pars pas il est trop tôt

Je suis en train de crever.
Ton absence perdure, marqué de point de suture j'encaisse mal, c'est trop dur.
C'est un effet de surprise que jamais je voulais vivre.
C’est une tristesse rapide qui ne veux pas s'enfuir.
Je souhaite à personne d'encaisser ce que je viens de vivre.
Avoir son monde qui s’écroule... trop de souvenirs en fait.
Les larmes coulent toutes seules, j'ai que ton visage en tête.
Sur mes joues elles s’écoulent, il n'y a rien qui les arrête.
Parfois en pleine nuit je me réveille pour t'écrire, simplement je fais que de la merde que jamais tu ne pourras lire.
Alors je tourne en rond et je ne sais plus quoi faire…
On m'a dit simplement, " sors, va prendre l'air « .
Mais je me retrouve à nouveau seul, prisonnier de ma propre tête.
J'ai pris une feuille et un stylo pensant te faire renaître.
J'espère sincèrement un jour pouvoir être ton frère comme avant.
Pas qu'une ombre a la fenêtre.

L'histoire d'un fantôme, l'histoire d'un pote à la détresse, l'histoire d'un fantôme, pars pas il est trop tôt
Track Name: Seul
Tous les jours avec elle je perds mon temps sans problème.
Nous sommes deux pour survivre dans ce monde ou rien m'enivre.
Elle était là depuis le début mais je refusais de l'accepter.
Au final je n'ai rien à perdre alors je me suis laissé aller.
Elle sait ce qui me fait mal et elle sait comment s'y prendre, me rappelle chaque jour des souvenirs que je trouve immondes.
Je ne sais pas comment lui dire qu'elle me rapproche chaque jour de la tombe, je ne sais pas comment lui dire qu'au final je la trompe.
Mais j'ai besoin d'autre chose et j'ai besoin de faire le point.
Et ce n'est pas avec elle que j'aurais de lendemain.
Alors je prie chaque jour que quelqu'un me tende la main.
Je prie chaque jour qu'elle décide de prendre son chemin.
Les temps deviennent durs, entre nous plus rien ne va.
Elle elle veut me garder pour elle et moi je veux pouvoir m’enfuir.
Allez dire à cette pute qu'avec elle je ne fais que souffrir.
Qu’il est grand temps de détruire tout notre putain d’empire.
En fait, il est déjà sûrement trop tard.
Comment est-il possible de ne plus faire ce cauchemar ?
Je dors éveillé. Je crains mon passé.
La suite me fait flipper.. Je ne peux pas l’oublier..

Chaque jour elle est là, chaque jour je la croise.
Même en pleine intimité elle me rappelle que je suis son esclave
Je regrette ce putain de jour où j'ai le moral qui a flanché.
J’aurais voulu faire partie de ses hommes respectés.
Mais la chair et faible, et l'esprit l'est tout autant.
Alors je commence à me dire qu'il faut que je prenne les devants.
Que je lui fasse mes adieux, qu'on trouve un entendement.
Simplement je sais très bien que le plus dur m’attend.
Et j'ai peur... Et Elle pleure..
Nous sommes deux âmes perdues à la recherche du bonheur.
Je sais comment ça va finir et je préfère pas lui dire.
Que dans un dernier soupir je vais détruire notre empire.

La solitude est une pute qui me reste dans la tête.
Tous les jours avec elle je perds mon temps et même..
je veux que cette pute m’oublie, qu'à jamais elle m'enterre.
Comment voulais tu que de ton fils je sois le père ?
Track Name: Vous Comprendrez
Ce matin rien ne va, je me perds dans le jardin des enfers.
Un voile rouge devant les yeux et j'imagine ce monde en feu.
Étrangement j'accepte cette vision des choses.
Parce qu'au final c'est en enfer que tout le monde se repose.
De là où je suis, j'aperçois des corps en flamme, des corps en feu, un décor détruit, c'est la fin de cette triste vie.
De là où je suis, j’aperçois des corps morts, des corps beaux, des corps, c'est la fin d'un monde que je déplore.
Un sourire se marque sur mon visage meurtri.
Comme si le bonheur était pour moi une simple question de vie.
La foule s'attroupe de plus en plus, je commence a manquer d'air..
Pourquoi mes bras se resserrent ? Mais putain qu’est-ce que je dois faire ?
Des hommes en blanc, des ambulances s'amassent .
Je commence enfin à comprendre ce qu'il se passe.
Dans un état second sans m'en rendre compte, la folie m'a domptée, ses gens sont venus m'achever

C'est le début de la fin, une étape sans lendemain, La suite est écrite, je vous présente la fin.

Enfermé de force, on me camisole pour me calmer.
Dans un camion sans fenêtre je commence a réaliser.
Que la vie vient de me dire stop. Je suis trop dangereux pour être libre.
Les gens comme moi on les enferme de peur qu'ils se livrent.
Ma nouvelle chambre, tout de blanc me perturbe.
Pas de peinture, pas de lumière, juste un matelas lugubre.
Je compte les secondes qui passent en attendant l'heure du jugement.
Aucune visite, je reste seul, quelques feuilles pour passer le temps.
Je vous avoue a tous que c'est pas la fin que j'espérais.
Mais trop tard pour chialer, j'aurais dû m'en douter.
La folie d'un seul homme ne peut être internée
Un "cas exceptionnel" c'est comme ça qu'ils m'ont appelé.
Je crois que je regrette.. Je ne sais pas ce que je vais devenir.
La mort en première ligne, je ne sais plus ce qu'est l’avenir.
Hier paraît si loin, pas de futur sans lendemain.
Je n'ai même pas pris le temps de dire au revoir aux miens.
Je m'excuse de l'égoïste que j'ai pu être.
Malgré moi les sentiments sont sincères envers tout être.
Et si la folie nous sépare, mes souvenirs eux nous retiennent.
Peu importe mes prochains actes, au fond de moi je vous aime.
L’histoire se résumera à quelques textes sur des brouillons…
Un jour promis ils réapparaîtront.
Mais sur une goutte de son, je travaille ma disparition.
Et sur un souffle profond, s'en vont les illusions

C'est le début de la fin, une étape sans lendemain, La suite est écrite, je vous présente la fin.
Track Name: La Fin
Ma vie est tellement sombre que je marche dans le noir.
Si je pleure chaque soir, c'est que j'ai perdu tout espoir.
Je voudrais dormir des années pour oublier que je vais crever.
J’ai besoin de fermer les yeux pour oublier tout ce mal être. Que chaque jour que dieu fait, et pour moi une prise de tête.
J’aurais pu aimer la vie et devenir quelqu'un de bien.
Simplement c'est bien l’inverse, je suis de ceux qu'on pas de lendemain ça je le sais et c'est trop tard car..

Je pleure et j'hurle, je crève je brûle, mes yeux se ferment mon âme s'élève

J'ai pas la moindre chance, c'est pourquoi je vous abandonne.
Alors j'hurle et je chiale, fixe ma gorge et l’entaille.
Au yeux du monde je veux devenir un souvenir pour personne.
Juste une âme errante de plus qui prend enfin sont envol.
J'ai volé, j'ai trahi, j'ai battu, j'ai sali, des personnes sur cette planète.
Je mériterais que le diable m’emporte
Vous pouvez désormais m'appeler le cavalier sans tête.
Je suis seul, le cœur noir, je venge mon désespoir.
J’ai signé un contrat avec la mort il y a des années.
Aujourd'hui tout comme moi, il a expiré.
Mais trop stupide que je suis, tout ceci n'arrivera pas.
Je le sais, je l'ai su, mais trop ivre, j'y ai cru.
Pour moi y'a pas de lendemain, j'ai creusé ma tombe à la main.
Une vie de chien au quotidien et j'ai pas fait appel aux miens.
Pour m'en sortir j'ai pas d'autre choix j'ai dû mettre fin à mon chemin.
Pour m'en sortir j'ai pas d'autre choix, il n'y aura pas de lendemain car

Je pleure et j'hurle, je crève je brûle, mes yeux se ferment mon âme s'élève

Je voie derrière moi tous ces souvenirs que j'ai laissé.
Les plus beaux, les plus sales, et ceux que j'ai enterrés.
Je ne sais plus vraiment ce qui se passe, je crois que je commence à m’évader.
Je suis bien, je suis libre, en futur macchabée.
Il y a bien qu'une chose qui me manque, c'est le regard de mes parents..
J'aurais voulu qu'ils se rendent compte du malheur de leur enfant.
Mais trop tard, je suis blanc, je suis froid, à genoux, je deviens fou.
Pourquoi j'ai fait ça ? ils me manquent déjà tous.
Je regrette sincèrement. Je voudrais faire un saut dans le temps.
Mais le sang coule, et à flot, il dévoile mes sentiments.
Les larmes et le sang ce mélange m’éclabousse.
J'ai la triste impression que j'arrive au bout du rouleau.
Cette lettre est un aveu. Oubliez ce qui s'est passé.
Excusez mon insouciance, je crois que je l'ai fait exprès.
Seigneur pardonnez moi je crois que j'ai fait une erreur

Je pleure et j'hurle, je crève je brûle, mes yeux se ferment mon âme s'élève

J’atteins les dernières minutes de la vie que j'ai menée.
Demain je serai qu'une tombe sur laquelle venir pleurer.
A partir de maintenant je vais vous dire la vérité.
Tout ce qui m’arrive, oui je l'ai mérité.
L’énergie a pris la fuite je commence enfin à me sentir bien.
J'ai perdu 21 grammes, je peux dire adieu les états d’âme.
Les problèmes c'est fini désormais j'ai pris la fuite.
Croyez moi j'en suis pas fier, je voudrais bien faire retour arrière.
Mais je sais qu'il est trop tard, vous en faites pas on se voit plus tard.
Je prierai dieu chaque matin pour repousser nos retrouvailles.
Faire en sorte que tout aille bien, qu'ils vous arrive rien de mal.
Je vous aime, je vous hais, je ne sais plus qui vous êtes.
J’ai si mal et j'en pleure alors je prie pour que ça s’arrête.
J’ai le cœur qui ne bat plus, et le cerveau qui ne fonctionne plus.
Voici la fin j'arrive à bout. Étalé je ne comprends plus. Je ne respire plus, je ne vous vois plus, sur le dos je vous salue.